La charte d'engagements

Les grandes lignes

de la charte d'engagements

Nous avons élaboré une charte pour encadrer
notre démarche Chocolatiers Engagés.
Ce document regroupe l’ensemble des engagements
des groupements de producteurs et des acheteurs.
Tout groupement de producteurs ou acheteurs
souhaitant prendre part à la démarche
est tenu de respecter les engagements le concernant.
 

Charte d'engagements

Les acheteurs de cacao « Chocolatiers Engagés » s’engagent sur :

  • un prix minimum payé directement au groupement de producteur. Ce prix est révisé annuellement, après concertation avec nos groupements de producteurs partenaires, selon l’évolution du cours du cacao, de la situation économique du pays et des planteurs.
  •  la mise en place d’un dispositif de préfinancement : les groupements de producteurs n’ont pas de trésorerie disponible. Le préfinancement est donc indispensable pour que les coopératives puissent payer leurs planteurs au moment de la récolte,
  •  une traçabilité totale : les acheteurs de ce cacao sont tenus d’assurer la traçabilité de ces fèves achetées en direct à la coopérative.

Les partenaires dans les pays producteurs s’engagent à respecter des critères à la fois techniques, environnementaux, sociaux et structurels :

  • Les producteurs sont organisés en groupement de producteurs. La gestion de la structure doit se faire de manière transparente : un rapport d’activité est présenté annuellement aux membres coopérateurs et les mécanismes de définition des prix sont affichés à la coopérative. Les coopératives doivent refléter la mixité des genres au sein de leur conseil d’administration (au minimum 1 femme).
  • Sur le volet technique et environnemental, les coopératives s’engagent à former les planteurs sur les bonnes pratiques agricoles et à leur fournir le matériel nécessaire à leur protection. Les plantations de cacaoyer doivent se faire en agroforesterie. L’accent est porté sur la protection de l’environnement et la lutte contre la déforestation. Les structures coopératives suivent à la lettre un protocole de fermentation et de séchage des fèves ce qui permet d’obtenir des fèves d’excellente qualité. La traçabilité des fèves est assurée.
  • Sur le volet social, le travail des enfants est interdit et la coopérative doit s’assurer que ses membres coopérateurs respectent cet engagement. Seul le travail dit “socialisant” (aide aux parents après l’école) est toléré. De plus, toujours dans l’optique d’assurer de meilleures conditions de vie aux planteurs et de lisser leurs revenus sur l’année, la coopérative doit mettre en place un dispositif d’épargne salariale.